Leminence.fr

Graphisme, musique, séries TV, romans...
Une touche de culture Web & Pop en quelques articles.

Homeland : faut-il craindre cette série ?

Homeland : faut-il craindre cette série ?

Un scénario très "piégeux"

Les a priori sont tenaces, et s'atteler à une série américaine traitant du terrorisme et d'un Marine devenu héros national, relève du masochisme. D'autant plus lorsque la dite série a fait un tabac outre-Atlantique. Je crois que si Homeland n'avait pas été siglé Showtime, je n'aurai jamais tenté de la regarder. Fort heureusement, je suis passé outre ces idées préconçues et je ne l'ai pas regretté.

Très bien, mais de quoi s'agit-il au juste ? Nous sommes en 2011 et le Marine Nicholas Brody est libéré par hasard lors d'une attaque contre un objetif Taliban. Capturé avec son homologue Tom Walker il y a plus de 8 ans, les deux Marines étaient considérés comme morts, par les autorités militaires et leur famille. Rescapé miraculeux, Brody n'a pas atterrit sur le sol américain qu'il est déjà auréolé d'une image de héros, le symbole de l'espoir pour les militaires empêtrés en Afghanistan et du renouveau pour l'opinion publique. Pour d'autres, comme l'agent de la CIA Carrie Mathison, il pourrait bien être l'agent "retourné" qu'un de ses indics pensait avoir repéré quelques années plus tôt. Alors que Brody semble bien sous tous rapports, à elle de prouver, envers et contre tous, qu'il est un agent infiltré d'Al-Qaïda.

Homeland : Carrie Mathison et Nicholas Brody

? Entre ces deux personnages, une relation complexe se noue

Il y a de quoi mettre les deux pieds dans le plat en lisant ce résumé. On peut craindre le pire oui. Cependant, la série commence plutôt bien. Le casting est alléchant : on retrouve avec joie Damian Lewis en Sergent Brody (lui qui campait à merveille le rôle de Dick Winters dans Band of Brothers), la revenante Claire Danes (agent Carrie Mathison) entourés de quelques figures abonnées aux séries TV (Morena Baccarin, David Marciano ou Chris Chalk). Les acteurs jouent bien, ça ne ressemble pas à une série B patriotique et on se laisse doucement aller par ces protagonistes convaincants. Au bout du premier épisode, il se peut même que les plus réticents cèdent à regarder la suite, car enfin, il faut bien s'assurer qu'il s'agit d'une série de qualité et non d'un nanard vantant le mérite de ces chers Marines.

Une autre vision du terrorisme

Ce héros symbole de l'Amérique virile et combattante se transforme alors en agneau apprivoisé lors de sa captivité, charmé et assujetti à ses geôliers et qui malgré tout, est le seul survivant des 2 prisonniers.

Le charme d'Homeland réside dans son traitement de l'image du terroriste et du prisonnier de guerre. Plus l'histoire avance, plus la limite s'amincit et le doute persiste longtemps avant de savoir si réellement Brody est un terroriste ou un "vrai" Marine. La série a le mérite de suivre cet homme brisé par 8 années de captivité, torturé, victime d'une guerre psychologique d'endoctrinement. Lui qui, du jour au lendemain, retrouve son pays, une culture qui lui était presque devenue étrangère et sa famille qui l'est tout autant.

On comprend facilement la complexité de sa situation, ses doutes, sa difficulté à subir la médiatisation qui l'entoure soudain, ressouder des liens avec sa fille devenue adolescente et son fils, âgé de 9 ans qu'il avait quitté alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson. Et que faire de ce cher ami qui, en 8 années, s'est un peu trop rapproché de sa femme et de ses enfants, pensant prendre la place d'un mari et d'un père laissé pour mort. Ce héros symbole de l'Amérique virile et combattante se transforme alors en agneau apprivoisé lors de sa captivité, charmé et assujetti à ses geôliers et qui malgré tout, est le seul survivant des 2 prisonniers. La honte d'être le survivant ne lui échappera pas, surtout lorsqu'il devra consoler la veuve de ce soldat malchanceux…

Nicholas Brody : terroriste ou simple Marine ?

? Nicholas Brody : terroriste ou simple Marine ?

En parallèle, nous suivons l'enquête de l'agent Carrie Mathison qui se base sur d'infimes preuves mais de gros soupçons théoriques. Quel crédit lui donner, sachant qu'elle est atteinte d'un sérieux trouble du comportement et doit, à heures fixes, avaler des pilules afin d’éviter de perdre la raison ? Tourmentée elle aussi, elle usera de moyens illégaux pour observer Nicholas Brody. Seulement, en entrant si profondément dans sa vie privée, Carrie fera du sergent Brody une obsession qui mettra en branle son objectivité.

Entre ces deux personnages se tisse au fil des épisodes une intrigue dont l'intérêt et la finesse iront crescendo. Les épisodes sont rythmés, bien écrits et généralement bien équilibrés. On regrettera seulement de ne pas en apprendre plus sur les antécédents de Carrie Mathison et de quelques autres personnages importants qui apparaissent par la suite.

On appréciera par contre l'ambigüité traitée sans tabou concernant ce héros de guerre/terroriste en puissance qu'est le Sergent Brody. Une des images les plus fortes de la série reste à mon avis celle où l'on voit Nicholas Brody se cacher dans son garage afin de prier et réciter le Coran. Un symbole fort et une scène assez belle qui a dû en choquer plus d'un Outre-Atlantique. Un Marine convertit à l’Islam, ce n’est pas monnaie courante dans les blockbusters Hollywoodiens.

Une série plébiscitée

La série a connu un large succès aux US et pourrait bien fonctionner en France lors de sa diffusion sur Canal+. Ce succès dans l'hexagone pourrait être appuyé par les dernières récompenses obtenues par Homeland aux Emmy Awards.

Saul Berenson : mentor de Carrie Mathison

? Saul Berenson : mentor de Carrie Mathison

La version TV des Oscars, qui se plante rarement, à couronné la série, la gratifiant d'une statuette dans les catégories les plus prestigieuses. Claire Danes et Damian Lewis remportent, respectivement, le Graal de meilleure actrice dans une série dramatique et meilleur acteur. Les prix du meilleur scénario et de la meilleure série dramatique reviennent aussi à Homeland. On peut appeler ça un triomphe.

Ce n'est plus un secret, mais oui, Claire Danes joue à merveille dans ce rôle aux antipodes de la jeune et innocente Juliette. Quant à Damian Lewis, il est récompensé après avoir fièrement représenté le vétéran Winters dans Band of Brothers. Mais ne croyez pas que la série ne tient que par ces deux personnages. Vous pouvez dorénavant regarder Homeland en toute confiance et apprécier le spectacle !

? La bande-annonce de Homeland

Une suite ?

Et oui, Homeland sera gratifié d'une suite. Son intérêt reste limité à moins que l'on approfondisse les quelques points obscurs qui entourent le passé de certains personnages. Dirigeons-nous vers un autre jeu du chat et de la souris entre Brody et Carrie Mathison ? Pour ceux qui ont déjà vu la première saison et ne craignent pas les spoilers, voici le lien pour voir le teaser de la saison 2.

Homeland sur le net

le site officiel de Homeland est à visiter. Les photos sont issues du site officiel sur Showtime.

Écrit par -

comments powered by Disqus